Gâteau léger ananas-coco

Publié le par Lydia

Gâteau léger ananas-coco

Je vous propose aujourd'hui de déguster un gâteaux à la chantilly coco et morceaux d'ananas.

Pour un anniversaire surprise improvisé, il me fallait faire rapidement un gâteau à la demande d'une amie avec ce que j'avais à la maison.

Bon allez, ni une ni deux aussitôt dit, aussitôt fait ! Sortit tout droit de mon imagination !

Il est juste moelleux comme il faut, et aussi super léger après un bon repas.

Maintenant c'est à vous !!!

Gâteau léger ananas-coco
Gâteau léger ananas-coco

Génoise : 

  • 200g oeufs / 120 g de sucre / 120 g de farine
  • Sur un bain marie, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu'à 55°c.
  • Hors du feu, battre jusqu'à complet refroidissement. On doit obtenir un appareil léger et ferme.
  • Incorporer délicatement la farine tamisée (toujours partir du centre du bol en remontant vers le bord).
  • Arrêter de remuer dés l'obtention d'un mélange homogéne.
  • Cuire 20min à 180°c

Sirop :

  • Sirop de la boîte d'ananas / 30 g de rhum
  • récupérer le sirop de la boîte d'ananas et faites chauffer avec le rhum.
  • laissez refroidir jusqu'à utilisation.

Créme chantilly - coco :

  • 300 g de créme liquide entière / 200 g de créme de noix de coco / 25 g de kremfix / 60 g de sucre glace / 1 boites d'ananas en tranches au sirop (en garder 2 pour la déco) / noix de coco rapé
  • Mélanger le créme coco avec la créme liquide entière et mettre 15min au congélateur (avec le saladier ou bol du robot).
  • Mélanger ensemble le sucre glace et la kremfix
  • Monter la créme en chantilly en incorporant au fur et à mesure le mélange sucre glace-kremfix.

Montage : 

  • Couper la génoise en deux et imbiber les 2 parties avec le sirop.
  • Sur la génoise du dessous étaler une coucher de chantilly, puis disposer des morceaux d'ananas puis à refermer avec la 2éme partie de génoise.
  • Recouvrir le gâteau de chantilly et saupoudrer à volonté de noix de coco rapée.
  • Décorer avec les tranches d'ananas restantes.

Publié dans GATEAUX ET CIE

Commenter cet article